English
Partenaires
Hôtels
Devis

La crise accélère la montée en puissance de l’Internet des objets (IoT) dans l'hôtellerie

Les ventes sont en hausse. Croissance du chiffre d'affaires sur les 9 premiers mois de l'année malgré l'impact anticipé du Covid-19 - Forte progression de l'IoT

11 Sep

Un moteur de la transformation digitale


Pour les entreprises, la crise incite à repenser tant les moyens de production que les business models. C’est l’opportunité d’adopter une nouvelle vision industrielle produisant en quantités limitées, voire à l’unité pour répondre aux besoins de personnalisation des clients, localement, tout en maîtrisant les coûts. 


Cette mutation s’insère dans une approche préventive via une production plus juste et plus proche des besoins, prévenant ainsi contre le gâchis de marchandises produites en masse. Comment ? Encore une fois, en s’appuyant sur l’IoT (Internet Of Things)


Ainsi la maintenance préventive, reposant sur l’implantation de capteurs connectés et d’algorithmes prédictifs, diminuerait les coûts de maintenance de 10 à 40 % et réduirait de moitié le nombre de pannes, d’après McKinsey.



La Covid-19 a également accéléré l’appropriation de nouvelles technologies digitales par les particuliers. Confinés, ils ont découvert multiples utilisations du numérique. Par exemple, Withings a proposé d’utiliser ses montres connectées et ses thermomètres connectés pour suivre l’état de santé des patients à distance. À Wuhan, les robots connectés ont permis de distribuer les médicaments des patients infectés.


Encore bien timide avant la crise, l’adoption des objets connectés devrait accélérer et notamment booster le secteur de l’e-santé et de l'hôtellerie.



Un outil de gestion publique

Grâce à l’IoT, les pouvoirs publics ont la possibilité de mener leur mission d’intérêt général de manière plus efficiente. Les villes connectées (smart cities), en première ligne dans la gestion de la crise sanitaire, ont aussi à y gagner dans d’autres domaines. Un exemple, celui des transports : le déploiement de capteurs connectés dans la ville permettrait de réduire le temps de trajet en voiture, de réduire les accidents et de rendre plus attractifs les transports en commun.

Nous avons donc toutes les raisons d’être optimistes sur la généralisation de l’IoT dans les espaces publics et privés afin d’accélérer notre passage vers une société de la prévention. Une première condition de réussite est celle de l’adoption massive des objets connectés. 


Une seconde condition réside dans la mise en place de garde-fous. L’IoT ne mène pas à une société de la surveillance, si les procédures de collecte et d’utilisation de ces données devront être rigoureuses, transparentes et honnêtes – en Corée du Sud, des questions demeurent même si des lois restrictives proches du règlement général sur la protection des données (RGPD) européen encadrent l’usage des données, qui garantissent un respect des données de la vie privée de chacun.


Dans l'hôtellerie, on note une forte progression de l'IoT sécurisée et RGPD et une croissance du chiffre d'affaires sur les 9 premiers mois de l'année malgré l'impact anticipé du Covid-19  : 

  • Chiffre d'affaires en hausse de +4,4% sur les neuf premiers mois de l'année ;
  • Impact Covid-19 proche de 570 k€ sur les abonnements WiFi durant le 3ème trimestre ; 
  • Montée en puissance confirmée de l'IoT, +31% sur les 9 premiers mois de l'année ;
  • Perspectives d'exercice à l'équilibre en cas de maintien de la consommation de données au 4ème trimestre.


Lors du troisième trimestre (du 1er mars 2020 au 31 mai 2020) s'est déroulé, en grande partie, durant le confinement des populations en France ainsi que du reste de l'Europe, les établissements d'hôtellerie de plein air ont naturellement été fermés pour cause sanitaire durant la quasi-totalité du trimestre, entrainant une diminution anticipée (voir communiqué du 21 avril) de la consommation de données wifi de l'offre « Partage » proche de 570 k€ (6,7 % du chiffre d'affaires annuel 2018-2019) par rapport à la même époque lors de l'exercice précédent.


Cependant, grâce à la mise en œuvre d'un plan de continuité d'activité, le Groupe Osmozis (premier opérateur de réseaux LoRaWan/WiFi multi-services dédiés aux résidences de vacances en Europe) a  dévoilé ses chiffres et son CA, très bons indicateurs de l'IoT. Ainsi, Osmozis a pu maintenir une exploitation quasi-normale, que ce soit en termes d'interventions sur sites ou de services clients, permettant de maintenir la dynamique de déploiement de nouvelles installations.


Dans ce contexte, leur CA s'élève à 4 614 K€, à l'issue des neuf premiers mois de l'année, en croissance de 4,4 % par rapport à la même période l'an dernier. Toutes les activités contribuent à cette progression :


  • Le chiffre d'affaires ACCÈS INTERNET s'établit à 3 944 K€, en croissance de +1,0% malgré l'impact de la crise sanitaire


  • Le chiffre d'affaires INTERNET DES OBJETS s'élève à 670 K€ en croissance soutenue de +30,9%


La croissance est portée par la France à +4,7%, représentant toujours 90% de l'activité, de même que l'International qui ressort en progression de +2,2 % sur la période.



PERSPECTIVES 

  • L'augmentation des revenus par emplacement, avec la montée en puissance de la vente de l'INTERNET DES OBJETS (IoT) dont la gamme et le potentiel commercial se sont fortement renforcés durant l'exercice en lien avec le contexte sanitaire actuel, avec notamment la solution de serrure connecté. Self check-in check-out.


  • La conquête commerciale, principalement par de la croissance externe en Europe. Outre l'apport immédiat de chiffre d'affaires additionnel, cette stratégie offrirait d'importantes synergies par l'ajout des services connectés et un pilotage centralisé depuis la France ;


  • Le contrôle strict des charges d'exploitations et la rationalisation de la structure des sociétés acquises. Ce travail devrait être visible au second semestre de l'exercice.



Bowo.




Sources : 


(*) Par Sandrine Macé, Professeur au département marketing de l'ESCP Europe - Directrice scientifique de la Chaire IoT (Internet of Things), ESCP Business School et Violette Bouveret, Chercheuse associée à la Chaire IoT, ESCP Business School.

Cet article est tiré de l'Impact paper publié dans le livre blanc de l'ESCP intitulé « Managing a post-Covid19 Era » (mai 2020).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Chiffres publiés par Osmozis.



Retour au blog